Quand même la Clique du Plateau dénonce les incohérences des signataires du Pacte pour la transition énergétique les plus enthousiastes, il y a lieu de s’interroger sur l’impact de cette initiative quasi-religieuse sur notre vie.

Des exemples relevés ici et … et aussi

  • Pénélope McQuade, qui est allée à Porto
  • Émilie Perreault, qui est allée à Barcelone
  • Véronique Cloutier, qui conduit un gros Escalade et voyage en avion
  • Olivier Dion, qui roule en Infiniti Qx05
  • Dan Bigras, qui fait des publicités de camions Dodge Ram
  • Marie-France Bazzo, qui a fait un court séjour de 72 heures à Paris
  • Émily Bégin qui se rend au théâtre d’été en hélicoptère
  • Un rappel d’Éric Duhaime sur les députés Manon Massé et Gabriel Nadeau Dubois (Québec Solidaire), qui sont rentrés à Montréal en avion
  • Caroline Néron, qui aime la F1 et les bateaux (diésel)
  • Marc Dupré et son GMC Terrain
  • Guillaume Lemay-Thivierge, qui offre le saut en parachute, est un amateur de Ski-Doo, bateau et motocross, et qui fait des publicités pour Hyundai
  • …et j’en passe

Dans la mesure où ces artistes s’engagent à faire leur part pour diminuer la pollution, à la base je ne vois pas de problème. Mais c’est l’attitude moralisatrice frôlant l’étalage de vertu – l’expression « donneurs de leçons » et le hashtag #virtuesignalling s’y appliquent hélas… – qui passe mal dans la population.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Pis encore, l’incapacité totale de débattre est loin d’aider, comme en fait foi l’attitude désobligeante de Dominic Champagne (l’instigateur de ce pacte) envers des chroniqueuses respectées comme Sophie Durocher, Lise Ravary et Denise Bombardier lors de son passage à Tout le monde en parle hier, comme le rapporte Mme Durocher elle-même dans le journal de ce matin.

On n’attire pas des mouches avec du vinaigre, l’ami!! Et quoi qu’en dise M. Champagne, que je respecte en passant, je crois qu’on est en droit de se demander ce que font vraiment ces chanteurs, acteurs et metteurs en scène qui servent d’exemple à plusieurs pour mettre leur signature en application.

Font-ils du compostage? Écrivez-moi si vous le faites.

Se scandalisent-ils lorsqu’une municipalité déverse de l’eau usée dans une rivière ou dans le Saint-Laurent? Silence radio sur le dernier en liste, à Shawinigan, dans les rivières Shawinigan et Saint-Maurice.

Ont-ils troqué l’avion pour leur automobile ou le train pour parcourir le Québec? Je demande à voir.

Font-ils moins de voyages en avion ou en bateau? Pas sûre…

En attendant, aujourd’hui, alors qu’on est à environ une heure d’une séance du conseil municipal à la Ville de Québec et que le maire Régis Labeaume doit dévoiler incessamment un plan environnemental, j’apprends que le chef de l’opposition officielle Jean-François Gosselin, qui n’est certes pas le plus loquace lorsqu’il s’agit de l’environnement, vient de battre de vitesse la plupart des signataires du Pacte!!

En effet, depuis 3 ans, il fait du compostage avec sa famille. Sa cour arrière a un bac à compost et un jardin potager. La raison invoquée : «L’important, c’est de réduire le plus possible par citoyen la quantité de déchets qu’on envoie brûler à l’incinérateur.» (Source : Radio-Canada).

Ma réaction : BRAVO! Cela est un exemple, un vrai, de cohérence parce que, d’abord, je sais que M. Gosselin s’inscrit en faux contre l’incinérateur et le futur centre de biométhanisation – en 2017, en campagne électorale il a dénoncé l’administration municipale qui a longtemps considéré le quartier Limoilou comme la poubelle de la ville – et souhaite qu’on diminue la quantité de déchets qu’on y envoie. Ensuite, comme individu et élu municipal, il considère que tout projet doit être étudié sur son impact social, économique… et environnemental. Enfin, c’est une initiative qu’il a prise en famille, et cela sans attendre que la ville mette sur pied le moindre programme favorisant le compostage, ni signer quelque pacte que ce soit. Bref, c’est du concret.

Je vous invite à écouter son entrevue, accordée ce midi à l’émission Ségal-Lavoie le midi. Tout y est. Je lui lève donc mon chapeau. Nous devons nous inspirer de ceux qui d’eux-mêmes choisissent de modifier leur gestion des déchets domestiques sans rechercher la célébrité, bien plus que ceux qui le crient sur les toits sans vraiment faire ce pour quoi ils signent ce fameux pacte.

Vous vous demandez pourquoi je n’aime pas trop les m’as-tu vu et que je préfère ceux qui ne parlent pas trop mais agissent? Ouvrez votre Bible à l’Évangile selon saint Matthieu, chapitre 6, versets 1 à 7.

1 Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.
2 Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
3 Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite,
4 afin que ton aumône se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
5 Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
6 Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
7 En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.

Matthieu 6, 1-7 (Version Louis Segond 1910)

Compte final dans mon tableau indicateur :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.