Justin Trudeau, le fossoyeur du CSeries de Bombardier?

TVA Argent: Le gouvernement Trudeau priverait Bombardier de 2 G $

Bon, faudra que je m’y fasse. Le gouvernement du Québec refuse de tirer la plug sur Bombardier, et injectera 1 milliard de dollars (américains) dans une société en commandite avec Bombardier afin, espérons-le, de stimuler la production de l’avion C Series.

Ma position, vous la connaissez maintenant: c’est un milliard de trop dans une entreprise qui ne sait pas se gérer et qui compte beaucoup trop sur l’aide de l’État. Alors que les syndicats du public/parapublic devront se contenter de miettes (les lois spéciales s’en viennent, faut pas se faire d’illusions), Québec flamberait 1.3 milliard $ CDN dans Bombardier pour une filière plus que risquée dont même la Caisse de dépôt ne voulait pas? C’est carrément du gaspillage d’argent des contribuable, l’expression B.S. corporatif (qu’il faut cesser à tout prix) s’y applique, dommage pour vous, M. Couillard!

905525_805852906190334_1165634664977585700_o

Je vous invite à lire le dernier billet d’Adrien Pouliot sur le Huffington Post à ce sujet, qui résume ma pensée.

Pourquoi je trouve personnellement l’investissement risqué, assez pour que je le considère davantage comme jouer à la loto avec l’argent de nos enfants que comme un investissement? La réponse est simple: qui garantit que ce modèle d’avion de Bombardier aura le droit d’atterrir en sol canadien?

En effet, je viens de l’apprendre via TVA Argent, «Le Parti libéral s’oppose toujours à l’atterrissage d’appareils comme le CSeries à l’aéroport Billy Bishop de Toronto, ce qui priverait Bombardier d’une commande de 2 milliards $ selon le Globe and Mail mardi.»

Autrement dit, les avions CSeries ne sont pas des avions à hélices, l’aéroport Billy Bishop n’autorise que les avions à hélices, et Justin Trudeau ne veut pas qu’on fasse la moindre expansion pour permettre autre chose que les avions à hélices.

Ce faisant, Trudeau ne laisse pas de chance à Porter, qui voulait qu’on allonge les pistes d’atterrissage à Billy Bishop et commander ce nouveau modèle d’avion. C’est mal parti pour Bombardier si jamais le nouveau premier ministre, qui sera assermenté demain, maintient son opposition au projet d’expansion de l’aéroport pour ne pas froisser Air Canada, qui était contre…

Ce faisant, deviendra-t-il le fossoyeur du deal à peine conclu entre le gouvernement libéral de Philippe Couillard et Bombardier?

Si oui, ce serait vraiment un méga-FAIL de la part des forces libérales au Canada…

Laisser un commentaire