Loi sur l’affichage: quand les libéraux veulent forcer le français!

Sincèrement, je croyais que le gouvernement de Philippe Couillard avait définitivement fermé la porte à imposer un indice français — par exemple Les cafés avant Starbucks — sur les bannières et affiches des entreprises dont la raison sociale est en anglais ou autre langue…

Eh non! Hier, en grandes pompes, la ministre Hélène David vient de l’annoncer: Québec veut forcer toutes les entreprises qui ont une marque de commerce anglaise à afficher aussi des mots en français sur leur façade. Et les entreprises ont 3 ans pour se conformer à la loi!

Mais voyons donc, qu’est-ce que c’est que ça? C’est bien une ministre libérale qui a fait l’annonce?

Le gouvernement cherche-t-il les votes des péquistes et souverainistes? Ils ne voteront jamais libéral!!

Alors qui cherche-t-on à courtiser, bon sang? Les militants d’Impératif français? Ils ne voteront jamais libéral!! La Société Saint-Jean-Baptiste? Ses membres ne voteront jamais libéral!! Les professeurs de cégep? La grande majorité sont des souverainistes qui font du prosélytisme. Les jeunes? Les étudiants? Ils veulent être bilingues, voire polyglottes!

Si ce n’est pour attirer de la nouvelle clientèle, pourquoi le gouvernement fait-il ça? Est-ce pour notre bonne conscience, en prétendant protéger notre langue française? Vous vous trompez de cible, le problème est dans nos écoles, depuis trop longtemps on produit des hordes et des hordes d’analphabètes fonctionnels qui ne sont même pas capable d’écrire sans faute… Ce n’est pas une bannière mise à jour «Les cafés Starbucks» qui va corriger ça. Encore moins tout cet acharnement de l’Office québécois de la langue française qui pousse des cris d’orfraie dès qu’un autocollant juste en anglais est collé à une vitrine…

C’est ça, le Parti libéral du Québec? Un parti qui s’est toujours vendu comme le parti de l’économie? Pincez-moi, quelqu’un, je suis sûrement en train de rêver, dites-moi que c’est un horrible cauchemar!

Comment peut-on se prétendre le parti de l’économie alors que depuis l’entrée au pouvoir des libéraux de Philippe Couillard en avril 2014 les entreprises se font écoeurer?

Depuis avril 2014, que se passe-t-il avec le gouvernement? Allô? La Terre appelle la Lune!

Quand ce n’est pas le marché du carbone, l’imposition d’un module d’enregistrement des ventes (MEV) aux bars pour toutes les consommations vendues, les politiques vertes à n’en plus finir ou la loi sur le tabac appliquée aux cigarettes électroniques, sans parler de l’économie de partage qui est directement menacée, c’est maintenant à l’affichage qu’on s’en prend!

Ce matin à la radio, on a rappelé à ma pauvre mémoire qui a le don d’oublier que Raymond Bachand, en pleine course à la chefferie libérale (2013), avait averti tous ceux qui favorisaient Philippe Couillard qu’en l’élisant à sa tête, le PLQ ne serait plus le parti de l’économie… Il avait donc raison!!

Je suis d’autant plus triste qu’ils sont beaucoup d’entrepreneurs, d’employés de ces infâmes bannières, de franchisés Tim Horton’s, Subway, Second Cup, McDonald’s etc. et de gens qui sont ouverts à plus d’enseignement de l’anglais à l’école primaire à avoir voté libéral le 7 avril 2014, selon l’expression consacrée «en se bouchant le nez», pour sortir le Parti québécois. Sans parler de la communauté anglophone qui ne vote que libéral depuis des décennies. Qu’en pensent-ils présentement?

Ils doivent être tous fâchés. Et pourtant… ils avaient le choix. (Et ils l’auront dans 2 ans.)

Parti conservateur du Québec

Nous sommes à 2 ans des prochaines élections, je me demande bien ce que sera le Québec durant l’été 2018 si ça continue comme ça 🙁

 

Laisser un commentaire