Message aux militants libéraux

Ce qu’il est maintenant convenu d’appeler «l’affaire Hamad» semble être la cerise sur le gâteau de plusieurs informations qui circulent au sujet d’une culture de corruption, favoritisme et contournement des lois encadrant le financement des partis politiques. Ou du moins, c’est cette dernière tuile sur le parti de Jean Lesage, Robert Bourassa, Jean Charest et Philippe Couillard qui a provoqué la commotion que j’attendais pourtant depuis des années chez ses membres et sympathisants les plus sincères.

En effet, si Nathalie Normandeau elle-même (avant son arrestation, faut-il préciser) a commencé à critiquer ouvertement ses anciens compagnons d’armes en ondes au sujet de la grande conversion verte du premier ministre Philippe Couillard, du projet de loi 64 sur un registre provincial des armes d’épaules et du dernier grand remaniement ministériel, il reste que ce n’est pas tant la réaction d’une ancienne vice-première ministre et militante sincère de longue date que le commentaire d’une nouvelle artisane de la radio qui assiste de la tour du chemin Sainte-Foy au triste spectacle offert par l’actuelle législature. Mais là, c’est la base qui réagit!!

Ma première réaction: enfin! Bien sûr, ce n’est pas le genre de réaction que j’attendais, mais au moins c’est un début.

Tout d’abord, on ne comprend pas que le député de Louis-Hébert Sam Hamad, qui a dû se retirer de la présidence du Conseil du trésor, fasse l’objet de rumeurs de trafic d’influence dans le dossier Premier Tech. En d’autres mots, non, ça ne se peut pas, M. Hamad est tellement gentil, il est tellement sympa…

https://twitter.com/piano55100/status/717517679783968768

Ensuite, au lieu de remercier les médias de rapporter ces faits afin de remettre en question son appui au Parti libéral du Québec ou pour porter plainte à son exécutif local, on tire sur le messager:

Enfin, au lieu de dénoncer ou de reconnaître le problème, on continue d’appuyer le gouvernement ou on minimise le problème, voire on l’ignore complètement. On garde carrément espoir que ça se calmera. Désolée de devoir le dire, mais ça s’appelle de l’aveuglement volontaire.

On ne voit carrément pas l’éléphant dans la pièce malgré l’arrestation de Nathalie Normandeau et Marc Yvan Côté, malgré les rumeurs sur Sam Hamad et malgré la Commission Charbonneau qui a éclaboussé tous les partis qui ont formé le gouvernement dans les dernières décennies! Et pourtant, il y a un problème. Peut-être généralisé chez tous les partis qui ont gouverné au Québec, mais un problème quand même impliquant assez manifestement le Parti libéral du Québec.

Pire encore, on se met à accuser le Parti Québécois ou la Coalition Avenir Québec!

https://twitter.com/piano55100/status/717499875320008704

Je suis désolée d’être aussi dure, mais je me réserve le droit d’avoir une opinion sur tout ça.

Je suis très en colère de voir des partis politiques contourner les lois encadrant leur financement, imposer des organisateurs d’élection qui ont aidé des candidats à être élus comme chefs de cabinet des ministres et favoriser les entreprises dont les employés ont tous reçu une compensation pour avoir contribué au parti — ne me faites surtout pas croire que la réceptionniste de la boîte d’ingénieurs X avait les moyens de donner 3000$ du temps où c’était le maximum autorisé! Elle s’est fait rembourser, c’est clair!

Je suis en colère parce que cette culture malsaine empêche encore aujourd’hui les partis politiques dûment enregistrés au DGEQ de combattre à armes égales en période électorale! Et je ne comprends pas que vous ne soyez pas en colère, vous, les membres et sympathisants! Bon, d’accord, Mme Normandeau rapportait en ondes que plusieurs membres retournaient leur carte, mais ils seraient très peu. La majorité continue d’appuyer Philippe Couillard.

Je trouve malheureux que M. Couillard refuse de voir le problème et qu’il s’en lave les mains, alors que plus d’une douzaine de ses propres ministres siégeaient avec Jean Charest avant le court séjour du parti hors du pouvoir de 2012 à 2014. 18 mois, ce n’est pas beaucoup pour faire un ménage, ce n’était qu’une parenthèse où on a eu à peine le temps de trouver un successeur à Jean Charest. Vous croyez vraiment qu’en 18 mois le Parti libéral du Québec a réussi à se dissocier entièrement de la culture qui y régnait pendant des années sous Jean Charest?

Rien n’a changé, il est là, le problème! Seul le chef est différent! Je suis donc de ceux qui réclament que cela cesse, mais comment peut-on mettre un terme à cette culture de financement illégal et de favoritisme tant qu’on porte les partis coupables au pouvoir à chaque quatre ans?

Je vous le dis, la seule manière d’arrêter le trafic d’influence et les appels d’offres truqués au Parti libéral du Québec est de l’écarter du pouvoir, et pas juste le recaler à l’Opposition officielle, non! Il faut vider son compte de banque! Et pour ce faire, en raison du financement public proportionnel au nombre de votes aux élections générales, il faut que ses élus tombent sous les 12 et le vote sous les 20% afin qu’il perde son statut de groupe parlementaire reconnu à l’Assemblée nationale.

Le compte de banque se doit d’être entièrement vidé de tout l’argent des quotas de 100 000$ imposés aux ministres. Il n’y a pas d’autres solutions. Et je demande la même chose pour le Parti Québécois, il n’est sûrement pas blanc comme neige.

Vous allez encore me dire qu’il n’y a pas d’autres partis fédéralistes? C’est là que vous vous trompez!

Le Parti conservateur du Québec, qui présente des candidats depuis l’élection de 2012, est également fédéraliste. C’est d’ailleurs écrit dans son programme que nous devons travailler pour que le Québec redevienne enfin un acteur solide au sein du Canada.

logo-eap-pcq-site-fondblanc

Et la CAQ? Malheureusement, le parti de François Legault a pris un virage nationaliste que je trouve très malsain, d’abord en réclamant au nom d’une idéologie dépassée le maintien à tout prix de nos «fleurons québécois» sous le contrôle de Québécois, et cela de façon bien moins nuancée qu’un Pierre Karl Péladeau. Je ne peux accepter cette manie de condamner des transactions d’affaires conclues librement entre entreprises.

C’est pourquoi je m’adresse à vous, membres et sympathisants libéraux: pour régler un problème, il faut l’identifier. Quel est le problème? Financement illégal, favoritisme, corruption. Reconnaissez-le!

Ne faites pas qu’accuser le PQ de faire de même, oui c’est possible qu’ils soient tout aussi coupables, mais comme Jésus-Christ lui-même le disait lors de Son sermon sur la montagne (évangile selon Matthieu, chapitres 5 à 7 inclusivement), avant de pointer la paille dans l’oeil de vos adversaires, ne devriez-vous pas vous occuper de la poutre dans le vôtre?

Au-delà de nos divergences d’opinions et d’allégeances politiques, je suis la première à réclamer que le ménage soit fait, pour qu’enfin nous puissions faire campagne à armes égales, ce qui est très difficile vu la limite de 100$ en contribution annuelle aux partis politiques depuis 2013. Alors, s’il vous plaît, cessez d’accuser les autres, cessez de nier l’évidence, et réglez votre problème.

Cela dit, s’il y en a d’entre vous qui n’en peuvent plus et veulent appuyer un autre parti, vous êtes les bienvenus chez les Conservateurs. Je vous invite à visiter notre site Web au www.particonservateurquebec.org afin de bien étudier notre programme, à nous contacter si vous avez des questions et pourquoi pas à participer à nos activités pour discuter de vive voix avec notre chef Adrien Pouliot et d’autres militants. Nous ne sommes pas des extra-terrestres 😉

1919315_870865566355734_9180438007778937346_n

Laisser un commentaire