Où devrait aller un ex-adéquiste?

Le printemps dernier, j’ai eu la chance de prendre une bière à mon Beauport natal avec des amis conservateurs de ma région. C’était en plein blitz final de la course à la chefferie conservatrice et tous les paliers de gouvernance y ont passé… y compris les commissions scolaires.

La nostalgie fut également au rendez-vous, car j’étais en compagnie d’anciens militants de l’Action démocratique du Québec. 10 ans après l’entrée spectaculaire du parti de Mario Dumont à l’opposition officielle, ce fut très plaisant de se remémorer des bons souvenirs.

Ancien logo ADQ

La plupart des gens réunis étaient contre la fusion entre l’ADQ et la CAQ, pour à peu près les mêmes raisons que j’avais de ne plus appuyer la formation de François Legault. Mais peu d’entre eux ont osé prendre leur carte de membre du Parti conservateur du Québec.

Et pourtant, seul le PCQ défend l’abolition des commissions scolaires, la fin des CPE contre 100$/semaine par famille, et le privé en santé. Ce sont d’ailleurs les trois enjeux les plus importants d’un ami qui était présent, mais qui depuis le printemps étudiant de 2012 milite pour le Parti libéral du Québec.

Tout d’abord, la surprise immense de le voir là!!! D’abord, je le comprends d’avoir refusé de suivre son ancien parti dans la CAQ. Ensuite, j’ai fait la part des choses parce que c’est à peine si les Conservateurs sont de retour dans le paysage politique, et c’était dans un contexte de printemps étudiant, en 2012, qu’il a pris la décision de mettre un petit bleu dans le PLQ. Mais je m’explique mal pourquoi cet ami n’a pas voulu laisser sa chance au Parti conservateur du Québec deux ans plus tard, car c’est le seul parti qui ait défendu les 3 enjeux mentionnés plus haut, et qui lui tiennent tant à coeur, en campagne au printemps frisquet de 2014.

2012 était l’année où le Parti québécois devait logiquement revenir au pouvoir, et majoritaire s’il vous plaît! En effet, cela faisait des mois que les Libéraux de Jean Charest, usés par 9 ans de pouvoir, étaient sur la sellette, écrasés par des scandales de toutes sortes, et pressés par l’opposition de tenir une commission d’enquête sur l’industrie de la construction. Je lève mon chapeau à la regrettée Sylvie Roy, qui n’a jamais abandonné. Mais il y a eu également le printemps étudiant qui a monopolisé une bonne partie de l’année 2012 parce que les étudiants des cégeps et universités du Québec contestaient la hausse des droits de scolarité votée dans le budget de mars 2011. Hausse que j’approuvais à 100% et pour laquelle j’ai ouvertement défendu nos institutions démocratiques, sans pour autant prendre ma carte de membre du PLQ. J’en étais tout simplement incapable.

Récemment, l’ex-député Sylvain Lévesque nous a enseigné à la radio ce qu’est la Wedge Politics. Sa chronique très intéressante explique comment un parti peut jouer cette carte pour diviser la population en deux et espérer gagner, en mettant à l’avant-plan un enjeu secondaire la plupart du temps, mais qui fait jaser jusque dans l’urne. Cette stratégie, au Québec, a pour but évident de réduire l’influence de la «troisième voix» introduite en 2007 par l’ADQ.

Le conflit étudiant de 2012, qui a carrément supplanté tous les scandales libéraux, a été un wedge issue sur lequel le Parti Québécois de Pauline Marois misait pour regagner le pouvoir, car la Coalition Avenir Québec à peine formée était d’accord avec la hausse des droits de scolarité. Les syndicats, qui appuient généralement le PQ, sont alors intervenus de façon très visible en finançant le conflit étudiant à même les cotisations de leurs membres. Je m’en souviens comme si c’était hier – étant en congé de maternité, j’ai tout suivi tant à la radio qu’à la télévision en berçant mon bébé. Et c’est là que mon positionnement à droite s’est cristallisé. Merci, Martine, Léo et Gabriel pour votre aide!

Frapper sur des casseroles et arborer le carré rouge en plein salon bleu fut un pari très risqué de la part des péquistes et des syndicats, car le 4 septembre 2012, Pauline Marois n’est arrivée au pouvoir que par la peau des fesses, parvenant à élire seulement 54 députés péquistes, contre 50 libéraux. Il est clair les Québécois n’ont pas aimé ça. Belle leçon sur les risques de la wedge politics…

Ce conflit a laissé des traces, mais de là à pousser des adéquistes chez les Libéraux il semble y avoir une sacrée marge… Surtout si on a vraiment à cœur le privé en santé, l’argent aux familles au lieu des CPE et l’abolition des commissions scolaires. Je sais, je parle en conservatrice full patch.

Vous allez me dire, où tu t’en vas avec ça, ma belle?

La réponse est simple : je ne crois pas au jour où un gouvernement libéral abolira les commissions scolaires, les CPE et le monopole du public en santé.

Pourquoi? Pour chacun des 3 points, je vous donne ici les raisons :

Santé

Le Parti libéral du Québec n’est aucunement différent de son parent fédéral en ce qui a trait à la tendance malsaine à vouloir tout centraliser, tout contrôler. La santé ne fait pas exception. Comme exemple flagrant, les agences régionales de santé et services sociaux devaient être abolies. Le gouvernement l’a fait… mais a placé des CISSS et des CIUSSS qui font exactement la même chose. Seule l’appellation a changé… Et vous n’avez qu’à suivre le ministre de la santé Gaétan Barrette.

Vous croyez vraiment qu’un gouvernement libéral acceptera plus de privé en santé, notamment en permettant aux familles de prendre une assurance santé complète, et aux employeurs d’offrir un plan complet à leur personnel? Vous croyez qu’un jour un médecin pourra faire à la fois de la pratique privée et du dépannage en urgence dans nos hôpitaux publics? Moi, je n’y crois pas, quand même le premier ministre Couillard sortirait une promesse en ce sens durant les prochaines élections.

NE LE CROYEZ PAS!

Garderies remplacées par 100$/semaine par enfant de moins de 6 ans

Vous me direz que c’est le PQ qui a mis le système de Centres de la petite enfance et de subventions en place? Oui, tout à fait. Mais ce n’est pas d’hier que le Parti libéral du Québec hérite de structures mises en place par un gouvernement péquiste sortant… et qu’il en profite!! Les permis de garderie sont une mine d’or pour les Libéraux, ils ne les laisseront pas tomber, je vous en passe un papier.

Pourquoi? Il y a tellement d’intérêts partisans et financiers – souvenez-vous de l’histoire des Post-it collés sur les CV de candidats à la profession de juge, lors de la commission Bastarache – à ce que le gouvernement gère l’attribution de places en garderie plutôt que de laisser le marché décider, et cela malgré les changements aux règles de financement des partis politiques. Je lance d’ailleurs un appel aux jeunes femmes qui veulent obtenir la subvention pour leur service de garde : une volontaire pour faire un don de 100$ au PLQ? Ce n’est pas cher, seulement 100$! Vous saurez me dire…

Alors si jamais Philippe Couillard promet cette politique, c’est pour voler des votes au Parti conservateur du Québec aux urnes uniquement.

NE LE CROYEZ PAS!

Abolition des commissions scolaires

Tout d’abord, vous savez tous que la communauté anglophone du Québec tient aux commissions scolaires. C’est un palier de démocratie dans lequel les familles anglophones s’impliquent sérieusement, car ils ont l’éducation à coeur plus que les francophones (hélas, un fait). Le PLQ a besoin des anglophones de l’île de Montréal pour rester au pouvoir. Alors, il  ne promettra pas d’abolir les commissions scolaires!

Mais ils l’ont promis une fois élu!!! Oui, c’est un fait. Surtout après le taux de participation anémique lors du dernier scrutin scolaire. Et nous avons tous vu nos derniers ministres de l’éducation promettre l’abolition des élections scolaires et des commissions scolaires, ou du moins nous donner l’impression qu’ils y travaillaient. Tout particulièrement François Blais, qui prenait cet enjeu très au sérieux, et avait annoncé la fin des élections scolaires… Tous dégommés. C’est clair qu’il y a eu un retentissant PAS TOUCHE et il est facile de s’imaginer que si Sébastien Proulx, un ex-adéquiste qui a profité de la porte ouverte dans Jean-Talon, a été promu à l’éducation, c’est qu’il a forcément renié son passé adéquiste. Quel gâchis!!

C’est pourquoi le jour où les commissions scolaires seront remplacées par un bon universel d’éducation, c’est-à-dire l’argent qui suit l’enfant, ce sera sous la gouverne d’Adrien Pouliot et rien d’autre.

Et la CAQ, elle? me direz-vous. François Legault a promis de remplacer les commissions scolaires par des centres de services. Traduction : remplacement, et non abolition.

NE LES CROYEZ PAS!

Mais alors, qu’allons-nous faire?

J’invite tous ceux qui ont cru en Mario Dumont et en l’Action démocratique du Québec de bien examiner les actions et articles sur tous les partis dûment enregistrés au Directeur général des élections du Québec, et de voir lequel se rapproche le plus du défunt parti. Vous allez avoir des surprises!

 

On se revoit donc à une prochaine activité du PCQ !

Laisser un commentaire