Oui, le paysage politique se réaligne au Québec

Sur mon blog, dans les heures suivant la démission de Pierre Karl Péladeau à titre de chef du Parti Québécois et député de Saint-Jérôme, j’annonçais un réalignement du paysage politique au Québec en raison de la lente agonie de l’option souverainiste.

Ma prédiction: fin des partis nationalistes et retour d’une course à trois entre le Parti libéral du Québec, le Parti conservateur du Québec et le NPD du Québec.

PLQ PCQ NPD

Vous allez me dire que le NPD du Québec n’est pas là… Plus maintenant! Car cette formation a élu son exécutif national à la fin d’avril 2017 et pourrait présenter un candidat — Denis Blanchette, qui a été député fédéral de 2011 à 2015 — dès l’élection partielle à venir dans la circonscription de Louis-Hébert pour succéder à Sam Hamad!

Informations ici: Le Soleil

Un mot: ALLÉLUÏA!

Le nom Nouveau Parti Démocratique et l’acronyme NPD ont une signification politique, historique et symbolique beaucoup plus puissante que Québec Solidaire, et pourrait contrairement à QS garantir sa survie à long terme.

Pourquoi? Québec Solidaire est un parti souverainiste, et l’option souverainiste est en déclin, tandis que le NPD se retrouve à la grandeur du Canada, tant au fédéral qu’au provincial. Ce défaut pourrait lui jouer des tours si jamais un poids lourd comme Thomas Mulcair accepte de briguer la direction du NPD du Québec, la course devant selon l’article du Soleil être lancée le 1er septembre prochain.

Les effets d’un retour du NPD seraient plus significatifs que vous ne pourriez le croire, pour les raisons suivantes:

  • Le Parti libéral du Québec, qui n’est de nos jours qu’une vulgaire coalition de fédéralistes, risque davantage de perdre des membres très à gauche au profit d’un NPD tout aussi fédéraliste qu’ils ne le feraient pour Québec Solidaire
  • Philippe Couillard et son ministre David Heurtel nous ont récemment présenté des projets de loi plus néo-démocrates que libéraux (lois sur les véhicules zéro émissions, écofrais, bourse du carbone et Fonds vert), et un NPD-Québec bien en selle (après l’élection d’un chef solide et l’adoption en congrès d’une plate-forme comprenant le Leap Manifesto de son parent fédéral) lui ferait une sacrée compétition que même le premier ministre Couillard pourrait sous-estimer…
  • Aux élections fédérales de 2011 et 2015, il s’est élu plusieurs députés néo-démocrates sur l’île de Montréal, alors qui sait!…

Cela serait une excellente nouvelle pour la démocratie, parce que la coalition libérale — déjà fragilisée, à mon humble avis, par le déclin de l’option souverainiste et le ballon d’essai raté de Philippe Couillard qui veut rouvrir le débat constitutionnel alors que tout le monde s’en fiche! — se casserait une fois pour toutes, assez  pour que les membres à gauche aillent au NPD-Québec et ceux de droite au Parti conservateur du Québec.

Si vous saviez comme je m’en réjouis!

Laisser un commentaire