Pénurie de main-d’oeuvre: la Terre appelle Régis Labeaume!

J’étais à l’hôtel de ville lundi dernier, durant la séance du conseil le maire Régis Labeaume a réitéré son désir de travailler à régler le problème de pénurie de main-d’oeuvre qui afflige notre ville, notamment en allant en Europe (en avion) pour aider au recrutement. Pour ceux qui veulent l’entendre, vidéo ici (come on, les Webmestres! on ne peut plus lire les vidéos .flv avec Google Chrome, c’est vraiment pas le pied, merci de corriger!!)

Je suis parfaitement d’accord avec lui, c’est effectivement un problème, on le voit sur le terrain, combien d’entreprises cherchent des employés? J’ai approuvé à 100% son discours d’ouverture, et tous étaient prêts à aider, incluant l’opposition. Hep, les fans du maire, je suis d’accord, là! Il faut prendre le leadership et proposer des solutions à ce problème bien réel, qui touche ma ville qu’on dit «en plein emploi».

Un petit exemple: aujourd’hui, un de mes contacts, David Chabot, a affiché sur son mur Facebook une offre d’emploi à son restaurant:

Date: 20 décembre 2017, à environ 14:00 sur Facebook.

Mais j’ai des réserves quant aux moyens que veut prendre le maire… S’il veut recruter des gens qualifiés en Europe, c’est bien, mais dans les faits, combien d’entre eux se heurtent à des barrières bureaucratiques lors de leur arrivée, et sont incapables de se trouver du travail dans leur domaine d’expertise? Voici l’exemple de Mme Justine Testaert, infirmière française qui a répondu positivement à l’invitation de représentants du Québec faite à une foire d’emploi, une dame qui a de l’expérience, qui veut travailler chez nous, à Québec, mais qui n’y arrive toujours pas:

http://blvd.fm/reecouter/9441-100-normandeau-justine-testaert-s-est-fait-miroiter-un-travail-au-quebec-aujourd-hui-elle-perd-ses-illusions-en-arrivant-en-sol-quebecois#.WjsMGN_iaUk

Mais c’est épouvantable! J’arrive pas à le croire: d’un côté on envoie des gens aux foires de l’emploi tenues en Europe pour recruter de la main-d’oeuvre chez nous, mais d’un autre côté on empêche ces gens d’accéder à un emploi dans leur champ d’expertise… Et en même temps, combien d’infirmières québécoises formées au Québec sont forcées de faire du temps supplémentaire? Ce n’est pas tant un manque de ressources qu’un problème de gestion des ressources humaines.

Nathalie Normandeau a raison, c’est aux ministres et à leur personnel de cabinet qu’il faut s’adresser en tout premier lieu. Il faut d’abord corriger le problème à la source, et ensuite aller promouvoir notre ville à l’étranger. Mais tant que cela n’est pas réglé, inutile, totalement inutile d’aller scéner en France. Pourquoi M. Labeaume veut-il y aller alors?

La Terre appelle Régis Labeaume!
La Terre appelle Régis Labeaume!
Répondez, M. Labeaume!

Monsieur le maire, le parlement se trouve à deux pas de l’hôtel de ville, les ministres ont leur bureau en ville, c’est là que vous devez aller, pas en France!

Ah, et puis zut! Puisqu’il tient tant à voyager, je m’en remets au chef de l’opposition. S’il a la moindre once de gros bon sens et assez de contacts au provincial, Jean-François Gosselin fera assurément un bien meilleur travail en s’adressant aux bonnes personnes, par exemple au ministère de la Santé pour demander un accommodement, une dérogation, une procédure accélérée pour embaucher de nouvelles infirmières dans les hôpitaux de ma ville dès que possible.

Laisser un commentaire