Pourquoi je suis contre le tramway

Le projet de transport « structurant » proposé par le maire Régis Labeaume, qui plus est appuyé par le premier ministre Philippe Couillard, est une aberration digne du 19e siècle. Les usagers de la Rive-Sud restent sur leur faim et devront continuer de prendre leur voiture, traverser l’un des seuls ponts disponibles et se trouver un stationnement pour prendre le tramway. Pourquoi le feraient-ils alors qu’ils n’ont qu’à emmener leur voiture jusqu’au travail directement?

Il est vrai qu’il y a beaucoup d’autobus sur les boulevards René-Lévesque et Laurier, et qu’un transport offrant un plus gros volume et qui n’arrête pas à chaque intersection serait avantageux. Toutefois, des autobus autonomes avec un chauffeur dans le premier bus du convoi – ou plus de Métrobus tels qu’on les connaît – pourraient rouler sur les routes actuelles pour une fraction du prix, et cela sans avoir à enfant-de-chienniser les automobilistes et camionneurs le temps de tout éventrer les boulevards visés par le projet afin de déplacer le câblage, l’égout et l’aqueduc sous terre. Cette technologie existe déjà et les autobus, le RTC les possède déjà ou peut les commander très rapidement pour répondre à la demande.

Il est vrai qu’une voie, voire une route complète dédiée au transport en commun (autobus ou tramway) serait un atout majeur et cette infrastructure est-ouest qui desservirait à la fois la basse-ville et la haute-ville vaut la peine d’être envisagée, mais l’utilisation d’autobus permettrait aux usagers de continuer leur trajet au-delà d’un tramway sans être obligés de changer de véhicule en chemin.

La dépense la plus onéreuse, c’est le tunnel sous le quartier Saint-Jean-Baptiste alors qu’il existe déjà un tunnel à demi construit sous l’avenue Honoré-Mercier – là où devaient se rendre les fameuses bretelles de l’autoroute Dufferin-Montmorency récemment démolies. Rien n’explique l’entêtement du maire de Québec à vouloir un nouveau tunnel juste à côté, ce qui fera monter la facture inutilement. Un tunnel sous Honoré-Mercier permettrait une station à la Colline parlementaire beaucoup plus facilement. Et je ne vous ai pas parlé du second tunnel qui desservira le Phare et la tête des ponts pour se rendre jusqu’à Cap-Rouge…

De plus, je suis sûre que la population de Québec n’est pas dupe : avancer que tout ne coûtera que 3 milliards de dollars, que tout sera prêt en 2026 et que le coût d’entretien des infrastructures n’aura pas d’impact sur les taxes résidentielles et commerciales en ville – afin de garder l’augmentation desdites taxes au taux d’inflation seulement, a répété le maire Labeaume – n’est pas réaliste du tout.

Qui nous garantit que le forage pour creuser les deux tunnels se fera facilement alors que le Cap-Diamant a ses difficultés et pourrait causer bien des maux de tête? Qui dit que certains édifices, au-dessus, seront capables de supporter le forage sans s’affaisser ou à la limite craquer? Qu’on ne retrouvera pas de couleuvres brunes ou de rainettes faux-grillons sur le chemin de la ligne de tramway ou de SRB 2.0 (puisqu’il s’agit de ça)? Et que tout sera fini en 2026 comme prévu? Je crois qu’au contraire, les coûts exploseront pour atteindre au minimum les 15 milliards de dollars, que l’échéancier sera repoussé à plusieurs reprises et qu’au moment où on inaugurera enfin les lignes de tramway et de trambus les véhicules autonomes et d’autres technologies de notre époque seront déjà bien implantées…

Je vous prie de m’excuser pour mon cynisme, mais lorsqu’une femme aguerrie et qui a vu neiger comme Myriam Ségal croit qu’il s’agit davantage d’un projet immobilier que d’un service améliorer de transport collectif d’un côté et que les plus fervents défenseurs du projet ne semblent pas réaliser que le groupe Dallaire bénéficiera énormément de la plus value immobilière une fois les infrastructures en place, on est en droit de s’interroger sur l’intention réelle du maire Régis Labeaume, et les motivations du premier ministre Philippe Couillard lorsqu’il a avalisé le projet et repoussé le 3e lien sur la voie de service.

J’irais même plus loin, je trouve déplorable qu’on n’ait rien prévu pour la Rive-Sud. Que le premier ministre du Québec répète en point de presse que le projet de tramway et le 3e lien seront faits en même temps alors qu’il est évident qu’on a tenté de noyer le poisson avant Noël – pour ne pas dire qu’on a trahi Sam Hamad, qui avait promis qu’on saurait où on s’en va pour le 3e lien avant la prochaine élection, qui aura lieu dans moins de 7 mois – me préoccupe beaucoup d’autant plus que le pont de Québec est en fin de vie utile et que nous ne pouvons plus tolérer quelque fermeture que ce soit du pont Pierre-Laporte. Il aurait plutôt fallu que M. Couillard rassure le maire de Québec en lui disant qu’il est essentiel de préparer d’abord les plans et devis du nouveau pont ou tunnel le plus tôt possible pour confirmer comment se fera l’interconnexion, et qu’ensuite il avaliserait le tramway, car en plus d’offrir l’espace requis pour faire passer une ligne de tramway semblable à la ligne jaune du métro de Montréal entre la station Berri-UQAM et Longueuil on règlerait enfin l’épineux manque de tolérance de panne entre Québec et Lévis. En effet, par le seul projet de réseau structurant annoncé et destiné à être traité en priorité, ce sera la catastrophe si le seul lien entre Québec et Lévis utilisable par les véhicules lourds doit être fermé pendant plus de 24 heures.

Et finalement, n’est-il pas surprenant que le projet proposé vendredi passe exactement là où les abribus tempérés ont été construits à très fort prix, comme si ce projet était en marche depuis belle lurette alors que, selon nos élus, rien n’était préparé, et pis encore Régis Labeaume a passé toute la campagne électorale à s’opposer farouchement à un tramway et à répéter que le SRB était mort?

C’est pourquoi, attendu que le Parti conservateur du Québec s’est positionné contre le projet de transport structurant dès le samedi 17 mars 2018, avant que la CAQ se commette enfin (au moment d’écrire ces lignes les nouvelles sont que François Legault doit se prononcer lundi), si je suis élue en tant que la première députée conservatrice de Jean-Lesage le 1er octobre prochain, je m’engage à tout faire pour annuler le projet de tramway tel que proposé actuellement. C’est pour moi un projet qui n’améliorera pas les services et n’incitera pas les automobilistes à laisser leur véhicule à la maison quoi qu’en disent les experts et les défenseurs du transport collectif.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.