Uber va-t-il diviser le Parti Libéral du Québec?

Selon La Presse, des militants libéraux qui ne sont pas contents du projet de loi à venir contre le service Uber projettent de se regrouper pour forcer des investitures dans les circonscriptions du ministre Jacques Daoust (Verdun) et Dominique Anglade (Saint-Henri-Sainte-Anne).

« On trouve que l’orientation qui est préconisée par le ministre Jacques Daoust va à l’encontre de tout ce que notre parti a défendu au cours des 150 dernières années, c’est-à-dire le libre marché, la libre compétition et le fait de ne pas restreindre la concurrence à un seul joueur. »

— Le porte-parole Jonathan Hamel

La belle unanimité du parti de Philippe Couillard est-elle en jeu? Si oui, je me permets de crier ENFIN!!!

Comme je l’ai dit dans un autre billet, le Parti libéral du Québec est devenu avec le temps une coalition hétéroclyte de fédéralistes de tout acabit qui tient tant que l’option souverainiste défendue bec et ongles par le Parti québécois demeure dans l’actualité. Cette coalition semble tolérer sans broncher tout ce que fait le gouvernement, y compris les projets de loi qui vont à l’encontre même du terme «libéral». Ce n’est pas normal, je vous dis!

Mais Uber et l’économie de partage vont-ils avoir raison de cette coalition hétéroclyte et provoquer plus vite que je le pense les défections que j’entrevois de toute manière au sein du parti de Philippe Couillard? Sincèrement, si ça peut entamer le monopole libéral, je le souhaite.

Soit dit en passant, Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur du Québec, est ouvertement en faveur de l’économie du partage. Et moi aussi.

uber01

Laisser un commentaire