Oui, la ville se porterait mieux avec Jean-François Gosselin comme maire!

D’accord, le chef de l’opposition n’est pas le plus volubile, le plus charismatique, le plus expressif, et ce n’est pas le meilleur orateur. Ses premières interventions comme chef de l’opposition officielle ne passeront certes pas à l’histoire, il était tout nouveau sur la glace et devait patiner

Jean-François Gosselin n’est pas parfait, il s’exprime pas toujours avec prestance et n’a pas le sens de la clip, mais au moins, je suis certaine qu’il n’aurait jamais fait affaire avec un escroc comme Clothaire Rapaille…

Je suis certaine qu’il n’aurait jamais accepté l’idée du «coffre-fort virtuel»…

Je suis certaine que la rue Maguire serait encore en santé…

Je suis certaine qu’il n’y aurait jamais eu des petits bus électriques poussés par les passagers…

Je suis certaine que le déneigement aurait été meilleur cet hiver…

Je suis certaine que les voyages des membres du conseil municipal seraient moins fréquents, et surtout moins dispendieux…

Je suis certaine que la ville de Québec travaillerait main dans la main avec Lévis, au lieu de chercher à vampiriser les fonds publics pour tenter de faire disparaître Lévis derrière un écran de fumée…

Je suis certaine que les séances de conseil de ville se feraient dans le respect, tant envers les autres conseillers (y compris l’opposition) qu’envers les citoyens qui viennent s’exprimer au micro…

Je suis certaine que les relations seraient meilleures avec les municipalités de la Couronne Nord (Sainte-Brigitte-de-Laval, Lac-Beauport, Stoneham-et-Tewkesbury)…

Je suis certaine que la rue Dalhousie n’aurait pas été amputée d’une voie pour faire passer les vélos…

Je suis certaine que le Marché du Vieux-Port resterait là où il est…

Je suis certaine qu’au lieu de présenter un projet de tramway qui enlèverait 1130 espaces de stationnement, qui éliminerait définitivement plus de 40 kilomètres de voies de circulation automobile et qui exproprierait des immeubles dans le Vieux-Limoilou, le RTC serait déjà au travail pour mettre sur pied les lignes Métrobus qui manquent cruellement pour desservir des secteurs qui en ont grandement besoin dont l’aéroport…

Je suis certaine que Justin Trudeau aurait eu affaire à plus de réserves de son interlocuteur sur l’argent du fédéral à investir en infrastructures lors de sa dernière visite à Québec…

Et quoi d’autre encore…

En attendant, je salue le courage de M. Gosselin, qui occupe le siège le plus inconfortable de l’hôtel de ville présentement. Inconfortable, certes pas pour les fesses, mais un siège ingrat qui peut faire la différence entre un maire en attente et un retour en politique raté. Le rôle de l’opposition, dans notre système parlementaire britannique, est tellement incompris, mais pourtant il est essentiel — comme en fait foi le titre sans équivoque de chef de l’opposition de Sa Majesté attribué à Andrew Scheer à la Chambre des communes. C’est un devoir social de questionner l’administration en place, d’exiger plus de transparence, de dénoncer les travers, de poser les bonnes questions. Et pourtant, on a le jugement facile. Si le chef de l’opposition ne questionne pas suffisamment l’administration, on l’accuse d’être de connivence, et en même temps s’il pose trop de questions, il passe pour le pire chialeux…

Il est clair que Régis Labeaume ne supporte pas l’opposition, mais malgré tout Jean-François Gosselin a le courage de l’affronter à chacune des séances du conseil, il n’a pas peur de le questionner sur son administration, et cela en dépit de ses répliques qui ne sont que ad hominem, voire ad personam, bref, inacceptables.

Vivement les prochaines municipales. Je compte les jours.

Capture d’écran, mars 2018 (séance du conseil captée par MAtv Québec, date inconnue).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.