On se croit vraiment au pays des licornes lorsqu’on ouvre le Journal de Québec ces jours-ci. Dans une autre chronique, Karine Gagnon, dont je me demande si elle a des intérêts financiers dans le projet de tramway de Québec, persiste à dire que l’étalement urbain sera stoppé par l’implantation d’un tel système lourd sur rails.

Image: Pixabay

Mais la réalité est tout autre. Pourquoi il coûte cher de vivre au centre-ville? Toutes ces politiques d’urbanisation, les limites d’étages à construire et plusieurs autres restrictions ont un effet sur le prix des terrains, c’est-à-dire qu’ils créent de la rareté. L’effet est une hausse de taxes municipales. Et n’allez pas croire qu’un tramway qui passe dans une rue aura un effet bénéfique sur le compte de taxe, au contraire : d’abord, à proximité d’un service de transport en commun qui monopolise une grande partie de la rue, la valeur des immeubles augmente pour hausser davantage les taxes. Ensuite, certaines administrations publiques profitent de cette plus-value… pour la taxer!! On appelle ça une captation foncière; en 2017, le chef du PQ Jean-François Lisée a eu le front d’annoncer sa volonté d’implanter une telle taxe!! Donc, on est pénalisé doublement! Et probablement triplement puisque les dépassements de coûts dus aux retards et imprévus dans la mise en place, ainsi que les coûts d’entretien récurrents, feront augmenter les taxes pour toute la ville! Et pourquoi pas au quadruple, puisque le maire Régis Labeaume ou son successeur seront contraints d’imposer une surtaxe à la pompe…

Quel est le résultat? La classe moyenne n’a plus les moyens de payer ses taxes ni de loger dans les quartiers centraux et déménage! Et les commerces déjà très taxés – auront du mal à tenir le coup durant les travaux et verront fondre leur chiffre d’affaires faute de stationnement devant leur entrée, allez hop! À vos camions, si ce n’est pas la fermeture pure et simple, trop souvent par une faillite… Le maire de Québec ne sait pas compter, il est incapable d’évaluer les coûts cachés du couple ou de la famille qui veut venir casser la croûte à son restaurant préféré de Limoilou, qui cherche un espace pour garer la voiture, revient sur ses pas, fait au moins deux fois le tour et abandonne la partie, pour aller plutôt au Normandin le plus proche, qui, lui, a son parking. Ou encore il fait semblant que cela n’existe pas…

Knock, knock, knock! Qui va là? La réalité

Un courtier immobilier que je connais (Simon Laberge) a exprimé lui aussi son désaccord avec le projet de tramway de Québec, car il s’inquiète de voir les jeunes familles s’installer davantage en périphérie. La vente de maisons, c’est son affaire. S’il le dit, pourquoi est-ce que cela ne sonne pas de cloche à l’hôtel de ville (autrement que dans les bureaux de l’opposition officielle, bien entendu)?

Descendez de votre arc-en-ciel et laissez aller la licorne dans la nature, madame Gagnon! Le tramway est le plus grand outil de désertification du centre-ville, et un étonnant gentrificateur qui n’attirera que les riches milléniaux sortis de l’université et les retraités aux poches profondes dans le secteur. Ce sera également la grande faucheuse de mon Limoilou natal en raison de la reconfiguration de la 1re Avenue à sens unique entre la 18e Rue et le pont Drouin, ce qui refoulera tout le trafic de transit sur la 3e Avenue, la 4e Avenue et l’avenue du Colisée. Je crains que l’on retourne 50 ans en arrière, quel dommage…

(Image: Ville de Québec) Le passage du tramway en mode souterrain enlèvera deux voies à l’avenue de la Couronne, une artère névralgique qui se connecte à l’autoroute Laurentienne.

En effet, le tramway favorisera l’étalement urbain et voici comment :

  1. Dépassement de coûts et coûts d’entretien qui feront augmenter les taxes substantiellement : redevances sur la plus-value foncière, taxes sur l’essence dans le territoire de l’agglomération, hausse du rôle d’évaluation, hausse des taxes commerciales
  2. Augmentation de la congestion due aux voies réservées et priorité au tramway sur les feux rouges
  3. Peu d’augmentation de la fréquentation du transport en commun, car il y a peu – ou pas – d’avantage pour les banlieusards dans ce projet
  4. Places de stationnement éliminées
  5. Coûts des loyers et habitations plus hauts sur le chemin du tramway

Les entreprises devront déménager en périphérie pour attirer des travailleurs et les clients, non seulement pour payer moins de taxes mais aussi pour accommoder ceux qui ne voudront plus aller au centre-ville.

Mais bon, madame Gagnon, paraît que vous êtes meilleure que moi pour prédire l’avenir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.