Retour au municipal: élection partielle à venir

Retour au municipal. Mon break politique sera court!
L’élection de Jonatan Julien comme député de Charlesbourg lundi dernier force une élection partielle au municipal avant le printemps.
 
C’est l’occasion ou jamais, pour les citoyens de Québec, d’envoyer un message au maire Régis Labeaume. Aidez Québec 21 – Équipe JF Gosselin à agrandir l’opposition officielle en faisant un don, de deux façons:
1) En ligne (carte de crédit): monelection.org
Dans la liste des solliciteurs, choisissez mon nom. Mon certificat est en règle.
2) En personne (chèque): contactez-moi, on se donnera rendez-vous.
Vous pouvez également prendre votre carte de membre. Le formulaire Web n’est pas encore disponible, mais j’aurai ce qu’il me faut au maximum ce vendredi 5 octobre 2018 et je pourrai me déplacer chez vous. Si vous donnez le maximum annuel de 100$ vous aurez droit à une entrée à la soirée financement du parti le 25 octobre prochain.
Publicité pour l’activité financement du 25 octobre, source: site Internet du parti
Merci à l’avance!

Projet de transport structurant: impact majeur dans Jean-Lesage

Je suis originaire de Limoilou, j’y ai passé ma petite enfance. Je viens juste de prendre connaissance des informations sur les 425 espaces de stationnement retranchés pour faire passer les lignes de tramway et de trambus prévues dans mon quartier natal dans le cadre du projet de réseau structurant présentement étudié en comité plénier à l’hôtel de ville de Québec. Et je crains sérieusement pour l’avenir et la sécurité des quartiers Vieux-Limoilou et Maizerets, que traverseront les deux lignes et qui seront directement touchés.

La ligne de tramway supprimera 224 places de stationnement sur la 1re Avenue et imposera le sens unique dans une partie de cette artère importante, et la ligne de trambus retranchera 59 places sur le boulevard des Capucins, 50 places sur le chemin de la Canardière et 92 places sur le boulevard Sainte-Anne. C’est beaucoup juste dans Limoilou, où va-t-on pouvoir garer notre voiture?

Comme Adrien Pouliot l’a soulevé sur les ondes radio, je considère que la priorité doit être le troisième lien. Non seulement les lignes de tramway et de trambus retrancheront assez d’espaces de stationnement pour affecter les commerces de Limoilou au point d’en contraindre plusieurs à fermer leurs portes, mais il ne règlera aucunement les problèmes de circulation à la tête des ponts. Pire encore, en plus d’un sens unique sur la 1re Avenue qui affectera grandement la circulation dans le secteur, un tramway qui roule à haute vitesse pourrait représenter un danger pour les piétons et les cyclistes qui se déplacent à proximité de l’Hôpital Saint-François-d’Assise, du Patro Roc-Amadour et des commerces du secteur. Et si je me fie à la situation de l’avenue Maguire suivant la mise en place de parcomètres, pour moi c’est clair que si les citoyens ne peuvent trouver de stationnement près des commerces du Vieux-Limoilou, ils iront faire leurs emplettes et casser la croûte ailleurs en ville.

Outre cette importante perte d’espaces de stationnement, je suis scandalisée par les coûts astronomiques du projet, c’est pourquoi je considère plus importante que jamais la tenue d’un référendum à la grandeur de la ville de Québec afin que le projet puisse avoir toute la légitimité requise pour aller de l’avant.

Un tel exercice démocratique est d’autant plus important que le maire Régis Labeaume n’a pas dit un mot sur le projet en campagne électorale, encore moins sur l’ampleur du retrait de voies de circulation, les espaces de stationnement retranchés et les expropriations possibles; pire encore il se disait contre le tramway. Dans un tel contexte, seul un OUI majoritaire de ses citoyens lui donnerait le mandat clair dont il a besoin.

Se tenir debout contre une énième hausse de taxes

Aujourd’hui, les conseillers Jean-François Gosselin et Stevens Mélançon ont voté contre le budget 2018 de la ville de Québec, après l’avoir étudié, questionné et évalué en plénières. Idem le PTI (plan triennal d’immobilisation, si je ne m’abuse? Corrigez-moi si je me suis trompée).

Deux conseillers sur les 21, seulement deux. Mais il suffit d’un seul pour casser l’unanimité. On m’a dit que les révolutions et grands changements débutent sur le coin d’une table (désolée, je n’ai ni la citation exacte ni son auteur, mais c’est à peu près ça…), en 2017 il y a deux dissidents, deux rebelles à l’hôtel de ville de Québec, qui ont tenu tête à Régis Labeaume, ce n’est pas rien! Tenir tête à cet homme pour la première fois en 10 ans? Peut-être exagéré, mais je considère que ce petit pas ne fera que des petits.

J’ai aidé, à ma manière et à la hauteur de mes forces et surtout mes disponibilités, c’est peut-être une bien grand mot, mais bon, à mettre au monde Québec 21, et à mener ses deux premiers élus à l’hôtel de ville. C’est en quelque sorte le bébé de crinqués de la politique, mais le bébé va grandir. Il vient de faire ses premiers pas. Envers et contre tous.

Les détracteurs auront beau dire que les deux conseillers de l’opposition officielle se sont opposés pour s’opposer. Faux! Les motifs invoqués sont nombreux, notamment:

  • l’explosion des coûts de la centrale de police
  • les salaires élevés de la direction
  • les subventions aux théâtres Diamant et Capitole
  • le déneigement
  • les «contradictions» du RTC
  • la fermeture de la bibliothèque Gabrielle-Roy pendant 2 ans
  • le déménagement du marché du Vieux-Port à ExpoCité
  • moins d’argent mis sur le remboursement la dette de la ville (quelle horreur!)
  • et quoi d’autre encore?

Mais surtout, c’est la nouvelle hausse de taxes — encore une! — pour les commerçants déjà pas mal taxés, parce qu’eux n’auront pas droit au gel promis dans ce même budget du côté résidentiel.

« Ils (les commerçants) ont été augmentés beaucoup depuis que M. Labeaume est maire ».
— Jean-François Gosselin sur le budget (21 décembre 2017)

Et 2018 ne fera pas exception. Comme si les entrepreneurs ne contribuaient pas assez…

Photo: Le Devoir, article du 12 décembre 2017.

Évidemment, rapidement les moqueries se sont multipliées sur la twittosphère et autres Facebook, comme le maire Labeaume s’est fait un malin plaisir de rire de ses adversaires en les accusant de voter contre un budget qui promet des gels de taxes… Et pourtant, il a tort de parler de gel de taxes, parce que les taxes non résidentielles sont à la hausse.

Même des amis à moi qui ont voté QC21 viennent de dumper le parti parce que MM. Gosselin et Mélançon ont eu le courage de voter contre le budget ce matin à l’hôtel de ville! C’est pas croyable… Ils disent qu’en votant contre, ils se sont discrédités. Ah! le seul fait de casser l’unanimité c’est mal? Ne serait-ce pas plutôt cette tendance à l’unanimité qui est un problème, comme on l’a trop vu à l’Assemblée nationale du Québec?

C’est grave, docteur? J’ai beaucoup de peine, je suis incapable de trouver le sommeil et je ressens une incommensurable rage au-dedans de moi ce soir. Je suis affligée qu’en 2017, on se moque des élus, tous paliers confondus, qui OSENT se tenir debout contre les hausses de taxes, quelles qu’elles soient. Vous allez me dire que même pas 2% de hausse de taxes non résidentielles, c’est rien… Mais 2% après une kyrielle de hausses sur les 10 dernières années, ça commence à faire beaucoup. André Arthur lui-même, plus tôt ce mois-ci, disait à Stéphane Gasse sur BLVD que la question à se poser est la suivante:

Combien de commerces vont fermer à Québec l’an prochain?

À deux conseillers courageux, à peine sautés sur la glace, je dis ceci: vous vous êtes tenus debout, vous avez accepté de faire face à la critique et (encore) aux moqueries du maire de notre ville, parce que le budget inclut des HAUSSES des taxes non résidentielles, encore des hausses, que des hausses, en retour de petits bonbons de même pas 20$ de moins sur le compte de taxe résidentielle. Ça ne paie même pas un café par jour si on fait les calculs de David Heurtel.

En tout cas, ce n’est pas pour flatter dans le sens du poil ni pour faire la belle, mais c’est la citoyenne de Québec qui vous parle.

Ce soir, je suis fière de vous, Jean-François et Stevens.

L’entreprise de mon mari n’a pas encore pignon sur rue et est au stade de démarrage, mais je suis profondément attristée de voir à quel point la machine a faim et qu’à force de surtaxer ça et là, même mon chéri pourrait se remettre en question.

Mais le pire dans tout ça, c’est que je suis désolée et découragée de voir si peu de colère parmi les citoyens, car on ne fait que hausser les taxes, impôts et tarifs de toutes sortes, que ce soit au fédéral, au provincial ou au municipal, mais dans la population silence radio.

Où est la révolution? Où est la hargne? Pourquoi la salle du conseil est-elle si peu remplie? Pourquoi personne ne réagit?

Lâchez pas!!

Pénurie de main-d’oeuvre: la Terre appelle Régis Labeaume!

J’étais à l’hôtel de ville lundi dernier, durant la séance du conseil le maire Régis Labeaume a réitéré son désir de travailler à régler le problème de pénurie de main-d’oeuvre qui afflige notre ville, notamment en allant en Europe (en avion) pour aider au recrutement. Pour ceux qui veulent l’entendre, vidéo ici (come on, les Webmestres! on ne peut plus lire les vidéos .flv avec Google Chrome, c’est vraiment pas le pied, merci de corriger!!)

Je suis parfaitement d’accord avec lui, c’est effectivement un problème, on le voit sur le terrain, combien d’entreprises cherchent des employés? J’ai approuvé à 100% son discours d’ouverture, et tous étaient prêts à aider, incluant l’opposition. Hep, les fans du maire, je suis d’accord, là! Il faut prendre le leadership et proposer des solutions à ce problème bien réel, qui touche ma ville qu’on dit «en plein emploi».

Un petit exemple: aujourd’hui, un de mes contacts, David Chabot, a affiché sur son mur Facebook une offre d’emploi à son restaurant:

Date: 20 décembre 2017, à environ 14:00 sur Facebook.

Mais j’ai des réserves quant aux moyens que veut prendre le maire… S’il veut recruter des gens qualifiés en Europe, c’est bien, mais dans les faits, combien d’entre eux se heurtent à des barrières bureaucratiques lors de leur arrivée, et sont incapables de se trouver du travail dans leur domaine d’expertise? Voici l’exemple de Mme Justine Testaert, infirmière française qui a répondu positivement à l’invitation de représentants du Québec faite à une foire d’emploi, une dame qui a de l’expérience, qui veut travailler chez nous, à Québec, mais qui n’y arrive toujours pas:

http://blvd.fm/reecouter/9441-100-normandeau-justine-testaert-s-est-fait-miroiter-un-travail-au-quebec-aujourd-hui-elle-perd-ses-illusions-en-arrivant-en-sol-quebecois#.WjsMGN_iaUk

Mais c’est épouvantable! J’arrive pas à le croire: d’un côté on envoie des gens aux foires de l’emploi tenues en Europe pour recruter de la main-d’oeuvre chez nous, mais d’un autre côté on empêche ces gens d’accéder à un emploi dans leur champ d’expertise… Et en même temps, combien d’infirmières québécoises formées au Québec sont forcées de faire du temps supplémentaire? Ce n’est pas tant un manque de ressources qu’un problème de gestion des ressources humaines.

Nathalie Normandeau a raison, c’est aux ministres et à leur personnel de cabinet qu’il faut s’adresser en tout premier lieu. Il faut d’abord corriger le problème à la source, et ensuite aller promouvoir notre ville à l’étranger. Mais tant que cela n’est pas réglé, inutile, totalement inutile d’aller scéner en France. Pourquoi M. Labeaume veut-il y aller alors?

La Terre appelle Régis Labeaume!
La Terre appelle Régis Labeaume!
Répondez, M. Labeaume!

Monsieur le maire, le parlement se trouve à deux pas de l’hôtel de ville, les ministres ont leur bureau en ville, c’est là que vous devez aller, pas en France!

Ah, et puis zut! Puisqu’il tient tant à voyager, je m’en remets au chef de l’opposition. S’il a la moindre once de gros bon sens et assez de contacts au provincial, Jean-François Gosselin fera assurément un bien meilleur travail en s’adressant aux bonnes personnes, par exemple au ministère de la Santé pour demander un accommodement, une dérogation, une procédure accélérée pour embaucher de nouvelles infirmières dans les hôpitaux de ma ville dès que possible.

Tramway: en as-tu vraiment besoin?

Source de la photo: blitztutorat.com, 3 octobre 2016

J’adore Pierre-Yves McSween!! Je me réjouis qu’enfin on ait des chroniques quotidiennes sur les finances et l’économie. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce qu’il dit, mais sur le fond, sa contribution à la littératie financière au Québec est déjà énorme, et je l’en remercie. Si je le connaissais personnellement, je l’aurais invité à me rejoindre à l’hôtel de ville de Québec avant-hier pour la dernière séance ordinaire de l’année de son conseil… avec le même tee-shirt que sur cette photo! Sa phrase désormais célèbre devrait être affichée à l’hôtel de ville de Québec, à mon humble avis…

Vraiment, il y a matière à s’interroger sur le projet de tramway que le maire Régis Labeaume vient soudainement de ressusciter, avec la bénédiction du gouvernement du Québec, s’il vous plaît… Je suis incrédule, je partage totalement l’étonnement de Jean-François Gosselin, pour avoir travaillé à sa campagne je n’ai pas la berlue: jamais le maire n’a parlé de tramway en campagne électorale! En effet, si Anne Guérette (Démocratie Québec) a proposé un tramway avec — je le reconnais — un projet clairement défini, et M. Gosselin a pris le leadership pour un 3e lien à l’Est, Régis Labeaume n’a rien présenté du tout.

Voici mes questions:

  1. Ça coûtera combien?
  2. À qui iront tous les contrats?
  3. Quel sera l’impact de l’ajout de lignes de tramway aux tarifs du RTC?
  4. Est-ce que les gens de Beauport, de Charlesbourg et de la Haute-Saint-Charles seront mieux desservis une fois ces wagons électriques en service?
  5. Sera-t-on capable de supporter plusieurs années de travaux qui éventreront une importante partie du centre-ville, afin de refaire tout le système d’aqueduc, d’égout, de câblage électrique, etc. et ensuite de mettre l’infrastructure en place?
  6. A-t-on évalué adéquatement l’impact du retrait d’au moins deux voies de circulation au centre-ville?
  7. Les citoyens des quartiers desservis par le tramway seront-ils heureux de voir du câblage électrique surgir de nulle part?
  8. Le service fonctionnera-t-il en hiver? En cas de panne électrique?
  9. Le service améliorera-t-il la circulation nord-sud en ville?
  10. Est-ce que la ville de Lévis et toutes les autres municipalités voisines sur les deux rives du Saint-Laurent bénéficieront de ce service?

Bref… en a-t-on vraiment besoin?

 

Grève au RTC: c’est pas un peu fini, ce silence???

On nous a tellement cassé les pieds sur la pollution atmosphérique, les embouteillages, le transport en commun.

Oui, le transport en commun! Depuis des lunes et des lunes on se moque des familles qui n’ont pas le choix de prendre leur voiture pour se déplacer, aller mener les enfants à l’école, travailler, faire les commissions, etc. Sur tous les médias on nous martèle le même discours de culpabilisation qui dure, dure et dure encore. Le but de tout ça: nous faire monter à bord des autobus.

Accès Transports viables, Steven Guilbeault, Alexandre Taillefer et autres environnementalistes de tout acabit ne cessent de nous embêter et de réclamer que nous abandonnions nos voitures au profit du transport en commun. Tous ces verts ont un accès illimité à toutes les tribunes, et nous répètent toujours le même discours: le transport en commun ou crève! Mais oh, malheur, Houston on a un problème: les chauffeurs du Réseau de transport de la Capitale déclenchent une grève le 13 mars prochain!

Le syndicat des chauffeurs du RTC est parfaitement en son droit de déclencher une grève, car toutes les règles ont été respectées. Mais l’effet pervers est que la population sera prise en otage. Mais où sont les verts? Où est le porte-parole d’Accès Transports viables? Elle est à quelle heure, l’entrevue de Steven Guilbeault?

Le transport en commun sera paralysé le 13 mars, ça se traduira assurément par une autre baisse de la clientèle, et vous ne faites rien? Mais qu’attendez-vous pour réagir? Dénoncer le syndicat des chauffeurs? Déchirer vos chemises parce que les travailleurs vont reprendre leur véhicule pour se rendre à l’ouvrage? Silence radio.

Allô! Y’a personne au bout du fil? Non, mais sérieusement, est-ce normal que vous soyez muets sur une telle catastrophe susceptible de détruire tous vos efforts de «sensibilisation» au transport en commun?

C’est pas un peu fini, ce silence?

La Maison Simons restera sur ma Black List!

Tout à l’heure, Éric Duhaime a reçu un représentant de la Maison Simons tout fier d’annoncer que la marchandise vendue par ce fleuron du Vieux-Québec (oui, disons-le) nous arrive désormais de Chine en… bateau à voile. La raison est que c’est pour être carboneutre. Et au fur et à mesure que l’entrevue avançait, il était question d’assurer la livraison terrestre par Téo Taxi et ses voitures électriques…

[Écouter l’entrevue]

Très déçue de voir cette entreprise boire le Kool-Aid vert et manquer de jugement avec son histoire de voiliers! D’abord, qui vous prouve que les normes environnementales et d’âge des employés sont respectées dans les usines qui produisent vos vêtements en Chine? Ensuite, je suis désolée, mais si un véhicule électrique n’émet pas de MONOXYDE de carbone (cela est polluant, pas le dioxyde), en revanche sa batterie est bourrée de produits chimiques très polluants et surtout très dangereux en cas d’incendie (souvenez-vous des Écolobus).

Ce serait mille fois plus écologique de rapatrier votre production au Canada, là où les normes environnementales sont sévères contrairement à la Chine.

Si vous pensez me convaincre que vous êtes une entreprise vertueuse en matière environnementale, eh ben c’est raté avec un R majuscule!

Je ne vous croirai et vous encouragerai que lorsque vous cesserez votre show de boucane voilier-Téo Taxi et que vous créerez des emplois au Québec dans le textile.

Pour le moment, vous ne me reverrez pas dans vos magasins de sitôt! Désolée, les amis, mais là je débarque…

Je me représente aux élections en 2018

Alors qu’approche le temps des Fêtes et que s’achève une autre année fertile en rebondissements politiques de toutes sortes, je désire remercier les électeurs qui ont voté pour moi le 7 avril 2014 dans la circonscription de Taschereau, et tous les membres et sympathisants du Parti conservateur du Québec de la circonscription comme de tout le Québec pour votre appui au cours des dernières années.

L’Association conservatrice de Taschereau est jeune, mais bien vivante. Maintenant que le congrès national du parti est derrière nous, nous désirons dès le retour du congé des Fêtes reprendre notre travail de terrain en prévision des prochaines élections provinciales, prévues normalement début octobre 2018.

À titre personnel, je désire me représenter comme candidate dans Taschereau en 2018 (ou avant si une partielle doit être déclenchée). Tout d’abord pour propager notre message de liberté individuelle et de réduction de la taille de l’État, pour donner une voix à tous ceux qui réclament la réduction de la taille de l’État, et aussi pour représenter les gens de la circonscription en tant que députée à l’Assemblée nationale.

C’est pourquoi j’ai besoin de votre aide. Si ne l’avez pas encore fait, je vous invite à adhérer ou renouveler votre adhésion au parti. Si vous désirez plutôt faire une contribution, elle sera très appréciée. Mais j’ai d’abord et avant tout besoin de bénévoles afin de me bâtir une équipe solide qui m’assistera tout au long de ma campagne électorale, ainsi que dans toute activité préparatoire sur le terrain, au téléphone, sur les réseaux sociaux, etc. Pour vous joindre à mon équipe, envoyez-moi un courriel maintenant.

Cela dit, je désire vous souhaiter un très beau temps des Fêtes de la part de l’association, du parti et en mon nom personnel. Le plus joyeux des Noëls, et une bonne et heureuse année 2016. Nous nous rencontrerons au retour des Fêtes afin de planifier ensemble l’année 2016 et tenir une assemblée générale.

Merci beaucoup pour votre appui, et à bientôt!

(Lettre envoyée plus tôt ce mois-ci en tant que présidente de l’association conservatrice de Taschereau)

8288725617_b0a28c91f8_b

P.S.: Si vous ne demeurez pas dans le centre-ville de Québec mais que vous voulez me donner un coup de main, vous êtes les bienvenus! Votre aide sera tout autant appréciée.