Avec Carey Price qui admet avoir des problèmes de consommation, peut-on laisser Ducharme et Bergevin tranquilles?

Déclaration sur le compte Instagram de Carey Price

Ma lecture de la situation ne sera ni soutenue ni défendue par aucun christie de journaliste, mais finalement mon intuition était bonne. La moitié des joueurs des Canadiens de Montréal, qu’a rassemblés Marc Bergevin pour patcher l’effet du repêchage d’expansion et de la perte d’agents libres sans compensation comme Philip Danault, que je soupçonne d’être tellement à l’argent que pour 500K$ de plus il n’a pas hésité à partir pour LA, oui la moitié est à l’infirmerie! C’est majeur.

Mais qui accuse-t-on? Dominique Ducharme, l’entraîneur-chef. Euh… pourquoi? Qu’a-t-il fait?

Le jugement s’abat sur lui comme une tonne de briques :

  • Coach de junior
  • Pas de calibre
  • Clown
  • Loser

Source: inconnue, désolée…

Cet homme, qui a gagné partout où il est allé — Coupe Memorial, Coupe du Président de la LHJMQ au moins deux fois, deux médailles avec Équipe Canada Junior — et a mené les Canadiens à la finale de la Coupe Stanley en juillet 2021, s’en tire plutôt bien pour un junior, un clown ou un loser, vous ne trouvez pas? Et il fait de son mieux avec les effectifs qu’il a sous la main.

Je n’ai rien contre la presse d’où qu’elle vienne, mais on dirait que cette meute n’attend que le jour où Marc Bergevin, un homme que j’adore et qui a bien mérité ses titres — ou nominations, je ne sais plus — de DG de l’année par le passé, jettera son ami aux yeux bleus de feu sous les roues du tramway de Québec… Quel triste spectacle! Pourquoi?

On prétend que Dominique Ducharme a perdu son vestiaire? Est-ce que son meilleur gardien de but aurait eu le courage de lui partager ses difficultés dans son bureau – c’est sûrement arrivé, il y a sûrement eu des confidences – et de s’inscrire librement au programme d’aide aux joueurs de la LNH et de son syndicat si les relations entre le coach et ses équipiers étaient si mauvaises qu’on le prétend? Non! En point de presse, il l’a répété, les gars peuvent frapper à sa porte n’importe quand, rencontrer un thérapeute n’importe quand, rencontrer un entraîneur adjoint – Nick Suzuki l’a d’ailleurs fait récemment avec son assistant Trevor Letowski, qui lui a montré des vidéos pour l’aider, bravo!! – n’importe quand. Je refuse de croire ça.

Et la frustration des amateurs de hockey est telle qu’on réclame le premier choix au repêchage? Je tiens à préciser, d’abord, que les pires équipes au classement seront soumises à une loterie pour savoir qui repêche en premier, qui en deuxième, etc. Ensuite, perdre volontairement pour avoir un 1er choix, on l’a vécu à Québec avec Eric Lindros. Ce fut une erreur grave de la part des Nordiques, parce qu’à cause du président de l’équipe, le jeune homme qui aimait pourtant ma ville et était prêt à apprendre le français a soudainement refusé d’y évoluer en soutien à sa mère, que je tiens à saluer et à qui je désire faire mes excuses parce que je ne savais pas ce qu’elle a vécu et je croyais que c’était politique… La reconstruction de quelques années des Nordiques de Québec a été douloureuse, mais nous les fans avons été fidèles jusqu’au bout, pour perdre notre équipe à la faveur de promoteurs de Denver, au Colorado, juste comme tout s’était replacé. Je m’en souviens encore 26 ans plus tard. C’est pour cela que ça m’a pris du temps, et un travail incroyable de Coach Ducharme, pour me rallier aux Canadiens et devenir officiellement fan.

Croyez-moi, les amateurs de hockey de Montréal ne voudront pas vivre la même chose! Non, les amis, vous ne VOUDREZ pas vivre la même chose. C’est pourquoi j’ai mis toute ma confiance en M. Bergevin, qui a fait des transactions cet été pour offrir à Dominique Ducharme une équipe potable pour les séries éliminatoires. Comment pouvez-vous espérer des miracles quand la moitié de vos équipiers sont en train de soigner des blessures et que votre leader silencieux d’exception, et meilleur gardien depuis des lunes, revient d’une cure fermée et devra se remettre en forme? Impossible. Et le DG n’a aucune marge de manœuvre, c’est évident.

Cette déclaration de Carey Price – à qui je dois des excuses pour l’avoir jugé souvent par le passé jusqu’à cette saison incroyable durant laquelle l’équipe s’est rendue en finale de la Coupe Stanley contre toute attente – me fait aimer encore plus le Coach, car je vois de mes yeux qu’il est humain, et qu’on lui fait clairement confiance, c’est pourquoi le congédier ne donnerait rien. Et je ne peux que souligner l’humanité de Marc Bergevin, qui a été incapable de retenir ses larmes lorsqu’il a su pour son gardien de but. J’ai encore ces images en tête, où il avait pratiquement le visage de la couleur de sa chemise… Que peut-il faire quand son joueur franchise est sur le dos et doit aller se faire soigner?

Point de presse de Marc Bergevin, 7 octobre 2021, sur l’inscription de Carey Price au programme d’assistance aux joueurs de la LNH et l’AJLNH (capture d’écran de TVA Sports)

Ces deux hommes font leur possible, et les joueurs aussi dans les circonstances. Pourquoi vouloir que des têtes roulent à tout prix? Est-ce cette obsession du scoop? De la nouvelle? Des bulletins spéciaux d’informations? Si c’est ça, je trouve cela cheap. Et surtout inutile, car les mêmes joueurs blessés ne seront pas de retour plus vite, et les mêmes joueurs de relève ne seront pas meilleurs tout à coup. Et si c’était pire?

C’est pourquoi j’en ai assez de ce triste spectacle et je réclame qu’on laisse MM. Ducharme et Bergevin tranquilles. Que les blessés reviennent, que Carey Price revienne au jeu, et que le système de jeu du coach se replace. Je crois que tout est encore possible, et ce serait dommage de saboter le début d’une chimie qui s’installe tant bien que mal dans l’effectif actuel juste pour avoir des beaux débats à RDS ou TVA Sports.

Mais c’est certain qu’aucun journaliste, aucun blogger, aucun chroniqueur ni aucun fan parmi les plus bipolaires ne sera d’accord avec moi. Tant pis! J’ai une pensée spéciale pour Carey Price, ainsi que pour M. Ducharme et M. Bergevin, dans cette tempête que j’espère près de sa fin. Je reste convaincue qu’au retour de la plupart des blessés le beau temps va revenir, c’est pourquoi l’impatience des gens qui se disent fans ne peut que faire du tort à l’équipe, qui a besoin de soutien et non de faire rire d’elle.

Évidemment, je parle comme ancienne partisane des Nordiques qui a enduré les années de vaches maigres et qui sait faire la part des choses, mais vouloir précipiter une reconstruction ou un ménage dont on ne peut prédire l’issue risque de faire plus de tort que de bien, plaçant le Groupe CH dans une situation très précaire face à la concurrence offerte par :

  • Le CF Montréal (ou Impact maintenant que son président a démissionné?) (MLS)
  • Les Blue Jays de Toronto (MLB)
  • Les Raptors de Toronto (NBA)
  • Les Sénateurs d’Ottawa (LNH), en passant les billets pour aller les voir sont beaucoup plus abordables qu’au Centre Bell… attention les amis!
  • La LHJMQ, dont le calibre est encore plus relevé que du temps de Guy Lafleur
  • La NFL, une incroyable business sportive
  • Les Carabins de l’Université de Montréal et le Rouge et Or de l’Université Laval (RSEQ)

Qui entendra mon cri du cœur? Sans doute très peu de monde, mais telle est mon opinion sur la saison des Canadiens. Et si l’équipe luttait, en mars prochain, pour la 8e place comme l’an dernier et causait la surprise? Tout ce chahut aura été fait en vain et n’aura alimenté que de la frustration même chez les vrais amateurs de hockey. Une chose est certaine, j’admire Marc et Dominique pour leur travail, et j’aimerais tant pouvoir leur serrer la main et leur témoigner mon soutien moral.

C’est que j’ai une très lourde dette envers les deux hommes, que jamais ils ne seront en mesure d’évaluer par eux-mêmes. Au moment où les hommes de Dominique Ducharme passaient par un lourd stretch de 25 parties en 43 soirs, ma famille a reçu une énorme tuile sur la tête et vécu des moments extrêmement difficiles que je ne raconterai pas ici. Au moment où je vivais un stress immense et une très forte anxiété, les Canadiens se sont qualifiés in extremis en séries éliminatoires. Je les croyais morts en 4 parties contre les Maple Leafs de Toronto – et aujourd’hui, après avoir visionné la série All or Nothing: Toronto Maple Leafs sur Prime Video pour évaluer les efforts des Auston Matthews, John Tavares et Jake « Soup » Campbell et la saison difficile qu’ils ont également vécue à cause de la pandémie de COVID-19, je considère qu’ils méritaient de gagner! – mais non, ils ont remonté un déficit de 1-3 et ont éliminé l’équipe de Sheldon Keefe.

Doug Ford, premier ministre de l’Ontario, après la défaite des Maple Leafs de Toronto contre les Canadiens de Montréal en 1re ronde. Source: Toronto Sun, 2 juin 2021

S’est ensuivie une marche folle vers la finale de la Coupe Stanley, avec au passage le premier ministre manitobain Brian Pallister qui pose avec le gilet des Canadiens suite à l’élimination des Jets de Winnipeg en 4 parties.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba, après la défaite des Jets de Winnipeg en 4 parties contre les Canadiens de Montréal. Source: TVA

Cette course vers la coupe Stanley a tellement fait du bien, pas juste à ma famille. Juste à voir tous ces fanions de l’équipe sur les voitures partout au Québec, la lampe de l’oncle de mon mari allumée à chaque soir de match, Damien Robitaille qui chante Allez, Montréal et Gurdeep Pandher, un de mes coups de cœur de cette pandémie, qui danse avec un bâton de hockey, sans parler des matchs eux-mêmes que mon mari et moi avons regardés au complet, à chaque soir, ce parcours a été salutaire pour le Québec au complet, qui se remet de 4 vagues de COVID-19.

Voici la lampe de l’oncle de mon mari, qu’il allumait à chaque soir de match jusqu’au match 5 de la finale de la Coupe Stanley le 7 juillet 2021 (source: mon Facebook)

 

 

Ces moments magiques nous ont permis de préserver notre santé mentale dans l’épreuve, et vous n’avez pas idée, Marc, Dominique… Vous n’avez pas idée, Messieurs, du bien énorme que cela nous a fait!!! Si vous tombez par hasard sur mon blog, je vous dis un énorme merci. J’aimerais tant pouvoir vous le dire en personne.

Au fait, notre situation familiale s’est réglée cet automne. Tout va mieux, je me réjouis qu’on puisse enfin voir la lumière après un printemps et un été très difficiles. C’est pourquoi, que ce soit par une simple poignée de main ou un repas au restaurant, ou même bénévole dans la fondation Dominique Ducharme, j’aimerais tant pouvoir vous rendre au centuple ces moments de hockey incroyables qui ont fait vibrer le Québec tout entier durant la pandémie de COVID-19, au moment où ça comptait le plus pour ma petite famille.

D’ici là, je vous souhaite bon courage parce que je sens que vous êtes pris en chasse par des rapaces qui ne veulent que vendre des journaux ou des abonnements streaming dans un contexte où de plus en plus de gens virent leur service de câblodistribution. Pris en chasse alors que vous faites votre possible.

Salutations de Québec.

Catégories : DiversHockey

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.